lundi 10 décembre 2012

Une marine entre joliesse et tristesse

Pour bien commencer la semaine, une de mes toiles. 
Parce que ce n'est pas le tout de faire des expositions (qui marchent). 
Il est plus que temps de vous montrer ce dont je suis capable (ou, comme dirait ma fille, de sortir les bollocks. Quand elle parle comme ça, je nie toute relation de parenté). 


Tâ-dâm! 
Une huile sur toile peinte à Camaret-sur-Mer, celles et ceux qui connaissent reconnaîtront peut être le cimetière des bateaux. 
J'ai vécu quelques années à Camaret, c'est d'ailleurs de ce temps là que j'ai le plus mis en pratique ma grande passion de la peinture en plein air. 

Ce tableau, sans prétention aucune, fait partie de ceux dont je suis le plus fière. Celui que j'avais utilisé pour mes cartes de visite et pour mes affiches de l'époque, celui que j'avais fait éditer en posters... 

Et le premier à être parti de ma galerie!
Car j'ai tenu une galerie à Camaret, la galerie Seizenn Glao, le nom avait été trouvé par mon frère, et ma fille m'avait filé un bon coup de main pendant ses vacances d'été, tenant la "boutique" pendant que je travaillais... 

Le cimetière des bateaux était toujours source d'émotions pour moi. J'y voyais ces grandes carcasses délabrées, inutilisables, mises au rebut. Et puis, surtout à marée basse, je voyais aussi des enfants grimper sur ce qui n'était pas encore trop pourri, cavaler des cales aux ponts en s'inventant des histoires de corsaires et de pirates... En voyant ça, je me disais que jamais rien ne meurt complètement, qu'il y avait toujours de la vie pour briller à nouveau après la mort, malgré la mort. 
Et je me sentais bien.

8 commentaires:

  1. Ouahh c'est superbe!! des couleurs bien choisies pour ce cimetière de bateaux, je suis contente de découvrir votre travail .

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup!
    C'est vrai que les couleurs bretonnes donnent du fil à retordre (le prochain qui me dit que c'est pas compliqué de faire du gris, je le savate. En toute cordialité.)
    Revenez quand vous voulez!

    RépondreSupprimer
  3. Elle est merveilleuse cette peinture. C'est un très bel endroit, exactement comme tu dis, entre joliesse et tristesse.

    J'ai découvert la Bretagne cette année seulement. Nous étions sur la presqu'ile de Crozon, et avons fait cette balade avec une amie complètement amoureuse de Camaret. En partant elle a acheté une toile, peut être dans cette galerie dont tu parles ? :)

    Tu trouveras ses photos de Camaret, et de la Bretagne en général, ici :
    http://www.focales.visuellephotography.fr/index.php?page=page_portfolio.html&filtre=cat_8

    C'est amusant, son nom ressemble étrangement au tien...



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Marie est un prénom magnifique (au-delà d'être assez répandu quand même)!
      Cela ne m'étonne pas que ton amie soit amoureuse de Camaret. Je le suis devenu très rapidement, moi aussi. Je vais voir ton lien dès que possible!
      Pour la galerie, la mienne, ça m'étonnerait. Je n'en ai plus depuis mon déménagement à Saint Malo, ça devait être en 2008!

      Supprimer
  4. Bonjour Marie, je suis l'autre Marie dont Pastelle parle ci-dessus. Plusieurs choses : évidemment je craque sur ton huile car je suis à la fois bretonne mais aussi inconditionnelle de Camaret que j'adore et ce depuis très très longtemps (je vais avoir 65 balais dans quelques jours. Ensuite, non je n'ai pas acheté mon aquarelle de Camaret à Camaret mais à Morgat, que j'aime beaucoup aussi.
    Enfin, pour avoir peint moi-même un temps aussi, je sais à quel point les couleurs variées et subtiles de notre Bretagne sont difficiles à rendre.
    Je ne sais si tu connais Magre mais j'adore sa peinture de Bretagne aux couleurs vives, j'en ai aussi rapporté une grande huile.
    Ce merveilleux Sillon de Camaret, que tu as peint là, je l'ai photographié des centaines et des centaines de fois et par tous les temps, pour m'en souvenir et y revenir chaque fois que ma Bretagne me manque. Et si je suis heureuse de vivre dans les Alpes, je suis toujours en manque de ma Bretagne et je crois bien que, si j'allais m'y installer, ce seraient mes montagnes qui me manqueraient.
    Je rêve de gagner au loto, pour avoir une maison dans les deux régions. LOL ! pour cela il faut jouer et je ne joue pas.
    Merci pour cette belle toile Marie et à bientôt peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour!
      Merci beaucoup!
      Je connais un peu Magre aussi, et c'est vrai que ses couleurs sont assez impressionnantes. Quant à photographier le Sillon, c'est un réflexe que j'ai eu très rapidement moi aussi, pour pouvoir travailler mes toiles une fois rentrée. Réflexe qui s'est avéré payant quand ma santé s'est dégradée et que j'ai dû renoncer pour un temps à la peinture en plein air.
      (Je ne joue pas au loto non plus, pourtant, pour avoir autant de pied-à terre que je le désirerais, il me faudrait quelques millions moi aussi!)

      Supprimer
  5. Quel bonheur de revoir en peinture ce petit port où j'ai mouillé l'ancre. A ce moment là il y avait un grand voilier en réparation. Et cette belle petite église. Oui que du plaisir.
    Merci j'ai traboulé par chez Pastelle
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir était pour moi!
      Vous êtes passée en bateau par Camaret? Ça devait être quelque chose! J'ai navigué moi même pendant un temps, quand j'étais plus jeune, j'ai aimé ça passionnément. Aujourd'hui, ma santé m'en empêche, hélas...
      Merci beaucoup d'être passée par ici!

      Supprimer